Ça vous aura peut-être échappé mais à partir du 1er janvier 2011 tous les cyclomoteurs, quelle que soit leur date de première mise en circulation, devront être immatriculés. On pourrait se demander quelle idée de génie de notre gouvernement est à la base d'une telle loi. A la question posée, nos chers hommes politiques (de droite) répondaient il y a déjà quelques mois, que l'immatriculation allait augmenter la sécurité des pauvres gens, en empêchant les malfrats de leur voler leur cyclo. Qui veut tuer son chien l'accuse de la rage, qui veut museler la liberté et soutirer quelque argent à la population lui dit qu'il travaille à sa sécurité.

Ah, ils sont bons ces arguments ! Tellement bons que le gogo se demandera comment on a pu se passer jusqu'à aujourd'hui d'une telle plaque à l'arrière des mobylettes. En revanche, le septique fera remarquer que les voitures et les motos aussi sont immatriculées, pourtant cela n'empêche personne de les voler.

Mais bon, dura lex sed lex alors à moins d'aimer se faire poursuivre par la police voire en mourir si on est à Villiers-le-Bel, il faudra bien les immatriculer nos chères mobs. Pour cela, la procédure imaginée par les cerveaux de huit kilos à bain d'huile qui nous servent de gouvernement, prévoyait au départ que le demandeur de carte grise devrait fournir un certificat de vente ET une fiche de description des Mines.

Pour un 103 Peugeot ou même une "bleue", trouver la feuille de description des Mines ne paraissait pas très compliqué. Le fabricant existe encore aujourd'hui, l'engin s'est vendu à des centaines de milliers d'exemplaires ; on peut supposer que trouver le fameux papier n'aurait pas été très compliqué. Mais pour un cyclo italien des années 50, fabriqué par une boite ayant fait faillite dans les années 60, à toi la galère.

Quant à avoir le certificat de vente ou la facture d'achat d'un cyclo ça aurait été mission impossible. Mais le 2. Parce que remonter à l'envers l'historique des propriétaires jusqu'au premier, pour lui demander s'il dispose encore de la facture d'origine, j'ose pas imaginer. A moins bien sûr de faire un faux, de demander à tonton Jean-Paul une attestation sur l'honneur comme quoi la mobylette là, c'est bien lui qui me la vendue. Penser à choisir un membre de sa famille ancien combattant, ça fait mieux en cas d'enquête.

Bon tout ça c'était très compliqué. Alors le gouvernement a eu une autre brillante idée. En fait, pour prouver que ton engin t'appartient bien et qu'il est homologué, ben il suffira que tu te pointes à la préfecture avec un certificat d'assurance à ton nom (et les habituels identités et justificatifs de domicile). Comme ça, non seulement l'état sera rassuré, l'engin est bien à toi et il doit avoir le droit de rouler sur la route, puisque tu le faisais déjà. Bref, on comprendra qu'alors que l'argument affiché était de protéger les 50 des vols, on se retrouve dans une situation qui permet maintenant d'aller voler une mobylette un peu ancienne, d'aller l'assurer et de la faire immatriculer ensuite au nom du voleur. Assez contraire à l'argument de départ.

Mais soyons honnête : cette procédure m'arrange. Parce que chercher un certificat de conformité pour mon Solex (de marque Vélosolex donc, perdue depuis dans les limbes du grand capital), l'acheter à la FFVE par exemple (dans ce pays rien n'est gratuit) ça aurait été compliqué. Sans compter que ce Solex, un pote me l'a donné y'a bien 20 ans parce qu'il partait de l'autre côté du globe.
Alors je me suis dépêché de le faire assurer même si je m'en sers pas, parce que la possibilité d'obtenir une carte grise juste en présentant une attestation d'assurance, ne durera pas des mois.
Maintenant faut juste que je fasse attention de pas me le faire voler…

solexiumdelirium_2
Par contre là pour l'immat', faut pas rêver.


Et pour plus d'informations, voilà où aller chercher l'info :
http://vosdroits.service-public.fr/F16304.xhtml#N10108