Vous vous souvenez amis internautes ? Le foutraque garage toujours sur le front de la mode et de la hype avait promis de vous donner tous les trucs pour vous faire VOTRE cafe racer. Aujourd'hui nous allons parler du choix de la moto de base.

- Prendre une moto quelconque ni trop poussive, ni trop lourde. Le cafe racer ne doit pas être obligatoirement un monstre de puissance. D'ailleurs, l'éléphant ou le rhinocéros a-t'il déjà été le totem symbolisant la bête de course ? Non ! Dans la famille des motos, le cafe racer est plutôt le félin. Il doit être vif et agile, notamment dans les courbes et les enchaînements, ce que ne permettent ni les enclumes capables du tiers de la vitesse du son ni les pachydermes affublés d'accessoires aussi inutiles que pesants.

CR_Non_babe_c11
La passagère est bien protégée, ça oui. Mais trop de boulot en perspective. => poubelle

- De préférence, bannir les modèles ayant un moteur à refroidissement liquide. Le liquide n'a pas droit de cité avec le cafe racer. Et à bien y réfléchir même ce nom de café, fait davantage référence au bistrot qu'au breuvage qui réveille. De fait, préférer un moteur à refroidissement par air, qui rappellera le vent de la vitesse vrombissant dans votre casque. Dans le même goût de simplicité, le moteur du cafe racer aura un, deux ou au grand maximum trois cylindres. Quatre c'est trop. Encore plus ça ne sert carrément à rien.

CR_NON_24chainsaw_3
Ils ont l'air contents, y'a pas à dire. Mais on frise là l'overdose de moteurs. => poubelle

- Dans le même ordre d'idées, sélectionner les modèles à carburateur. D'abord parce que l'injection trop moderne ne permettra pas les dépannages au bord de la route et les ongles noirs qui font le charme de la balade en moto de caractère. De plus parce que l'injection est une infamie et trahira que vous êtes un homme qui refuse l'authentique.

 

- Limiter son choix aux moteurs de caractère, c'est-à-dire ayant des courbes de couple et de puissance anarchiques. Eviter absolument les moteurs développant leur force de manière linéaire comme un moteur électrique. Quand l'essence sera devenue si rare que seuls les avions de guerre et les 607 ministérielles seront approvisionnés, vous aurez bien le temps de vous traîner sur des véhicules électriques à la courbe de puissance d'aspirateur et au bruit de sèche-cheveux.

 

- Concentrer sa recherche sur un modèle à roues à rayons. Les roues à bâtons sont souvent plus lourdes et permettent de monter des pneus tubeless qui apportent en cas de crevaison un gain de sécurité. C'est néanmoins un critère dont les conducteurs de cafe racer n'ont rien à faire. On aura la preuve de ce désintérêt pour la sécurité en observant que presque toujours, son emblème est une tête de mort.

TeteDeMort_002
Sourire typique d'une pilote de cafe racer.

- Eviter les modèles à carénages. Le cafe racer est une moto dépourvue de ces déflecteurs qui ne servent qu'à moins ressentir la pression du vent. Or le vent est aussi un élément primordial du plaisir de la conduite. C'est grâce à son contact qu'après des centaines de kilomètres, le pilote aura comme un magnéto qui lui sifflera un bruit continu dans les oreilles. Cependant, si la moto de base était équipée d'un carénage, le vilain appendice pourra toujours être démonté.

CR_NON_cbwfin3lu8
Attention, même si l'ablation de l'appendice est prévue, sa seule vue peut parfois provoquer des nausées.

Le démontage et le début de la transformation, c'est ce que nous verrons lors de la suite de ce feuilleton.