Dans tous les sports mécaniques c'est un discours admis : la compétition a pour fonction de créer du progrès qui nous servira demain sur les véhicules de tous les jours. Pourtant, sur un nombre grandissant de motos récentes on peut trouver l'ABS, jamais présent en compétition mais bien pratique sur la route.

ABS_051
Image détournée de qui vous savez.

Si j'en crois cet axiome, on peut imaginer que dès demain, nos bécanes seront équipées de ces systèmes présents en MotoGP. Alors voyons…

Le Anti Wheeling Control (AWC)
C’est vrai, rouler sur la roue arrière, ça impressionne les filles. Encore plus quand tu te vautres d'ailleurs. Mais ça n’améliore pas ton chrono entre le bar des sports et le rond point de l’hôpital. Aussi dès que la roue avant menace de décoller, une diminution de l’ouverture des papillons d’injection fait réduire la puissance. Grâce à ce système, ce sont les joints spy de fourche et les roulements de direction qui vont te dire merci. Evidemment avec la limitation franco-française à 100 Cv, la moto a moins tendance à se lever juste sur la puissance et ce système ne sert à plus à grand-chose. Et pas sûr que ce soit très vendeur chez les kékés. Mais puisqu'on te dit qu'ils ont le même en compétition !!!

Le Launch Control (LC)
Les dépassements étant de plus en plus compliqués sur la route, le départ est devenu une phase cruciale de la course qui te mène à ton travail dans les bouchons. Les ingénieurs ont donc développé des systèmes spécifiques et très perfectionnés qui s’enclenchent dès le premier feu rouge en bas de chez toi et qui te permettent de ne pas trop t’inquiéter au moment d’enclencher la première, d’ouvrir les gaz et de relâcher le levier d’embrayage. Plus de wheeling, plus de patinage. Et quand tous les autres arrivent ensemble au travail, tu es déjà en train de saluer ton boss grâce à ta longueur d’avance. Ta carrière est boostée, ta promotion certaine.


C’est beau le progrès hein !


Mais c’est pas fini. Toujours à la pointe de l’information le foutraque garage, est heureux de vous annoncer un scoop. A croire que c'est le seul blog moto équipé lui-même du launch control. Bref, les systèmes d’après-demain sont déjà dans les cartons. Parce que lorsqu’il s’agit de concevoir des dispositifs qu’on paye avec nos sous, l'imagination des ingénieurs est sans bornes. Alors quoi de plus pour après-demain?

Le anti-biture control (ABC)
Les motards, ça boit beaucoup. Tous les reportages de TF-Ouane et de Haine-6 vous le confirmeront. Donc un capteur sur la moto détecte les vapeurs d'alcool exhalées par le conducteur. Relié au système d'allumage de la moto il empêche la moto de démarrer quand le conducteur a bu. Par sa sensibilité très fine, il permet aussi de détecter si le passager est sous l'emprise de l'alcool, ce qui serait préjudiciable à l'équilibre et la sécurité de la moto.

Le anti-gazole control (AGC)
Dans la mesure où tant que le carburant ne coûtera pas 15 euros le litre, il y aura toujours des blaireaux prêts à remplir leur réservoir à ras bord, quitte à en renverser des litres dans le premier rond-point, ce système évitera bien des désagréments. Grâce à lui fini les gamelles, suite à glissade des roues sur les taches de gazole dans les ronds-points. Un capteur visuel capable de déceler les taches de gras associé à une sonde olfactive apte à détecter les odeurs d'hydrocarbures, agira sur le frein arrière, forçant ainsi la moto à resserrer sa trajectoire, passant ainsi plus à l'intérieur du rond-point.

Le anti-téléphone control (ATC)
C'est la prévention routière qui le dit : téléphoner au volant, multiplie les risques d'accident par cinq. Une antenne fixée sur la moto et calée sur les fréquences de l'ensemble des opérateurs téléphoniques détecte lorsqu'un conducteur téléphone dans un rayon de 20 mètres autour de la moto. Dans ce cas, elle agit directement sur l'ouverture des papillons de l'injection et par l'intermédiaire de l'ABS, serre les freins de la moto. Ainsi, le conducteur du deux roues est hors de danger.

Y'a pas à dire : vivement après-demain.